GERARDMER - Le Cellet (par Alain GERARD)

Pour toute réutilisation de tout ou partie du texte de cette page, contactez l'auteur

Le film "Les grandes gueules" a principalement été tourné à la scierie de Cellet, près de GERARDMER, en 1965

Petit extrait de l'interview de José Giovanni figurant sur le DVD :
"( ... ) Et malheureusement pour la région, au lieu de reconstruire la scierie, d'en faire un musée, artisanal, avec les ... parce qu'il y avait encore la machinerie..., ils ont laissé tout ça se détruire, et dans la clairière, il y a une espèce de baraquement neuf, là ...(regrets) On voyait bien qu'on amenait quelque chose à la région, de particulier. On avait quand même parlé de cet artisanat qui mourrait, de ce pourquoi ces scieries étaient mortes les unes après les autres, parce qu'elles étaient trop éloignées finalement, on voyait bien qu'on amenait une Histoire du bûcheronnage, une Histoire très haute en couleur dans le bûcheronnage (...) Quand vous faites quelque chose, vous ne vous rendez pas forcément compte de l'impact que ça aura. Ca en aura peut-être pas du tout, ou alors..., là, ça a dépassé ce qu'on ... la preuve c'est que 40 ans après, le film est de 64, et aujourd'hui on est en 2000, on est encore en train de parler du film ... qui vient de passer sur la 3, c'est son 8ème passage, il a battu tout l'audimat ! On a battu la 1, on a battu tout le monde. Donc c'est la preuve qu'on a fait quelque chose qui avait des racines ( ... )"

Mais qu'est vraiment devenu le lieu du célèbre haut fer de la scierie de Cellet, près de GERARDMER ?
Si on allait voir ?


Tour d'abord, il a fallu s'orienter sur la base d'indications vagues et en l'absence de la moindre pancarte. Lorsque, à GERARDMER (et même au Beillard qui est plus proche), on demande à quelqu'un s'il est du secteur, qu'il vous répond par l'affirmative, mais qu'il avoue ne pas savoir où se trouve le lieu-dit Le Cellet (et même jamais entendu parlé), on commence à se poser de sérieuses questions. Lorsque, enfin, quelqu'un sait, il peine à expliquer : "il faudrait aller à la zone industrielle de Beillard et là, vous demanderez votre chemin".
Finalement, je trouve le lieu du Cellet un peu, voire complètement par hasard. Un grand baraquement en longueur devant lequel stationnent plusieurs véhicules immatriculés en Belgique, une rivière tout à coté, et le sentiment que ça pourrait être là. Mais non, ça n'est pas possible, il n'y a pas la moindre indication ! Puis après avoir dépassé le petit pont de la rivière, je découvre toujours par hasard, une pancarte de 30 cm au carré clouée sur un arbre.
A coté de l'arbre, un bizarre monument fait d'un tronc d'arbre vertical portant à trois mètres de haut des sortes de pétales bordées de lames de scie et comportant les noms gravés de "Rolan - Bouvil - Ventura". En fait, ce serait plutôt une sculpture d'artiste, mais trop écrasée par la végétation, on ne sait pas trop ce que l'on voit.
C'est tout.
Ce que je ressens alors est difficilement explicable. Je pense à José Giovanni qui n'a pas manqué de revenir sur les lieux longtemps après. Qu'a t-il dû ressentir, lui ? Ce baraquement en bois à la place de la scierie, cette minuscule pancarte, cette sculpture presque dissimulée (qui a au moins le mérite d'exister), quel choc cela a dû être après les émotions du tournage et le succès du film ! ...
En fait, le peu que l'on trouve sur place vise à rendre hommage aux acteurs "monstres sacrés" qui ont tourné là. Mais le film, c'est bien plus que ça car c'est un tout ! C'est le témoignage de l'activité forestière d'une époque (bûcheronnage, schlittage, sciage, etc.); c'est la mise en valeur des paysages et du patrimoine du massif vosgien, de l'eau force motrice..., et ce tout, c'est un monument !

Il y a 40 ans, José GIOVANNI avait déjà détecté des singularités qu'il jugeait suffisamment fortes et enracinées pour en faire un roman, puis un film.
Nous, les autochtones, 40 ans après, nous n'avons toujours rien vu ! Les vallées sont plus que jamais fermées et désertées. Des monstres mécaniques ont remplacé l'homme et ravagent nos forêts. Les grumiers surchargés défoncent nos chemins et nos routes pour livrer LA grande scierie à près de 100 km de là ...
     

Seule, l'eau des ruisseaux s'écoule toujours,

comme dans le passé.

Tout juste ne rencontre t-elle plus d'obstacle ...

Alain Gérard

Haut de page La scierie de Machet : un espoir ? Tous les sites d'Alain GERARD

Pour toute réutilisation de tout ou partie du texte de cette page, contactez l'auteur